un retour dans la tendresse de l’enfance

frankenweenie En ce moment, je suis clouée au canapé-lit avec une mauvaise grippe. J’en profite donc pour rattraper mon retard en terme de films. J’avais été bien déçue par Dark Shadow, j’avais donc snobbé la sortie de Frankenweenie de Tim Burton l’an dernier. Comme quand je suis malade, j’ai les nerfs à fleur de peau, je me suis dit qu’un bon animé comme seul Tim Burton sait les faire me ferai du bien.

Tout commence lorsque le jeune Victor Frankenstein se découvre une passion pour la science. Lors d’un match de base-ball où il est obligé d’aller par son père, son chien Sparky se fait écraser par une voiture sous ses yeux (je vous raconte pas le chouinage intense sur mon canapé…). Après avoir enterré son meilleur ami, Victor n’a plus goût à rien. Le cours de science lui donne alors une idée brillante: si l’électricité permet de faire bouger les pattes d’une grenouille morte, une très forte décharge d’électricité, telle qu’un orage, pourrait le ramener à la vie! Et c’est ce qu’il réussi à faire. Le problème, c’est qu’au sein de la ville, la rumeur se répand comme une trainée de poudre et que bien vite, tout le monde se met à vouloir ramener tout et n’importe quoi à la vie…

J’ai tout d’abord été ravie de retrouver les personnage burtoniens. J’ai même eu l’impression de tous les avoir déjà vu dans un des autres films de Burton… La relation entre Victor et son chien est bien entendu extrêmement touchante, mais j’ai préféré les personnages secondaires complètement tordus, avec une mention spéciale pour la fillette appelée « la fille étrange » et son chat qui fait des crottes en forme d’initiales, signe d’un événement important.

J’ai également adoré voir en ce film une déclaration de Burton à l’oeuvre splendide de Mary Shelley, Frankenstein ainsi qu’a pas mal d’autres films. J’ai trouvé une référence à la fiancée de Frankenstein, à Godzilla et aux Gremlins… Il doit y en avoir d’autres que je n’ai pas repéré! C’est vraiment ce qui fait la magie de Burton: arriver a faire ressortir l’enfant qui est en nous, le spectateur de 10 ans qui se plait à rire, à être un peu crédule face à toutes ses histoires de science et de conception du monde et qui se plaît à reconnaitre des anecdotes ou des films déjà vu ailleurs.

 

En bref: de l’excellent Tim Burton!

 

frankenweenie-weird-girl

                      (Oui, je n’ai pas résisté. Je trouve ce personnage tellement génial)
 
 

      Je vous rappelle également que vous pouvez voter pour moi tous les jours pour les Golden Blog Awards par ici!

 

7 réflexions sur “un retour dans la tendresse de l’enfance

  1. ouf, sauvée de la grippe!😉 mais j’ai commencé à avoir le nez qui coule, on dira que ça peut servir de prétexte aussi…. je me mets à sa recherche…

laissez moi un p'tit mot!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s